Visiter la maison natale 2017-03-27T18:12:25+00:00

VISITE DE LA MAISON NATALE DU CURÉ D’ARS À DARDILLY

Jean-Marie Vianney de son enfance à Dardilly à son départ pour Ars

Une visite en quatre actes

Comment, issu d’un petit village du Lyonnais, Dardilly, un jeune paysan illettré parvint au-delà de contraintes familiales et personnelles et des embûches de la Révolution à réaliser sa vocation de prêtre et devenir un modèle reconnu par les curés du monde entier.

Un parcours de sa maison natale le suit de son enfance villageoise à son départ sur la grande route le menant à Ars.

I – Le cadre villageois de la petite enfance (salle commune)

Les meubles, les objets de la salle commune, la salle commune de la maison natale elle-même, évoquant, au sein d’une famille rurale de la France de l’Ancien Régime, la petite enfance du futur Curé d’Ars…

II – La grande déchirure des catholiques de France (cave)

…Cependant que se déroulent à Paris et à Lyon des événements révolutionnaires d’une rare intensité qui, pour avoir alors été longtemps ignorés à Dardilly, n’en provoquent pas moins un grand trouble dans les familles.
Pris dans la tourmente de leur temps, chacun et chacune en est réduit à des choix souvent déchirants. Pour un jeune homme épris de spiritualité comme Jean-Marie, la complexité des situations n’a d’égale que l’ambiguïté finale de certaines décisions. Deux exemples puisés dans sa jeunesse illustrent ces temps de crise et de tourments.

III – Quel choix de vie à présent ? (étable)

Pour les générations issues de la période révolutionnaire, qui dira la voie à suivre ? Quels choix de vie ? Cette troisième partie présente les moments clés de l’adolescence puis la jeunesse de Jean-Marie qui orienteront définitivement sa vie.

VI – L’adieu aux villages (fournil)

En 1818, ordonné prêtre depuis 3 ans, ce jeune homme de 32 ans s’éloigne à jamais de son village natal pour prendre possession à Ars de son poste de vicaire. Qui imagine alors la force et la capacité de rayonnement de cette personnalité hors du commun ?